First Nation / My America

14.00

Phyllis Yordan
Littérature
Format 11 x 17 cm, 184 pages, 14 euros
isbn : 978-2-9561782-4-8
Paru le 5 janvier 2020

Disponible

Catégorie :

Description

En deux volets complémentaires, My America et First Nation, la saga punk rock paradoxalement enjouée d’une survie au milieu de la richesse égoïste de Beverly Hills, de familles avides et libidineuses et de revers de fortune contraignant à la réinvention, à la dure. Ou comment une jeune femme renaît contre toutes attentes des cendres d’un rêve frelaté de Californie et de palaces.

Phyllis Yordan est née à San Francisco en 1952. Petite fille d’une costumière de la MGM, descendante de Zachary Taylor, douzième président des Etats-Unis, et d’un Indien ojibwé. Fille d’une danseuse de la revue Earl Carroll, Caprice, qui devint l’une des dernières grandes courtisanes et du scénariste oscarisé Philip Yordan, (Plus dure sera la chute, Dillinger, Johnny Guitar, La lance Brisée, Le Cid, Les 55 jours de Pékin, etc.). Elle passe les sept premières années de sa vie à Beverly Hills. Elle suit ses parents en Europe en 1960. Par la suite, sa mère épouse le propriétaire du Palace Hotel à Saint Moritz et devient une des locomotives de la jet-set, inspirant Truman Capote pour le personnage de Holly Golightly (Breakfast at Tiffany’s). Phyllis a été assistante de tout et n’importe quoi sur les tournages de son père, et traductrice d’Andy Warhol pour Interview Magazine. Quand elle s’est trouvée ruinée elle est devenue coach d’acteurs, prof d’art dramatique à l’école Jean Périmony, comédienne et metteur en scène. Elle a interviewé les survivants de la Shoah pour la fondation de Steven Spielberg, écrit Les Collecteurs de mémoires aux éditions Le Hurloir après une résidence d’écriture à la Fondation d’Aligre. Elle est mariée et a quatre enfants de quatre pères différents. Elle va bien.

Extrait :
Dans mes rêves mon père m’aime
Et tout le monde lit entre les lignes
Dans mes rêves mon père m’aime
Et on n’arrête pas le progrès
Dans mes rêves tout le monde s’aime
Mais tout le monde ne le sait pas encore
Dans mes rêves Dorothy me lisse les cheveux
Et les lèvres de Mère sont douces
Je marche pieds nus sur d’épais tapis
Et je nage dans ma propre piscine
Dans mes rêves mon jumeau est plus qu’un rein en rab
Il est fort il est brun il est à moi
Dans mes rêves j’ai un abri
Une forêt de bambou une pelouse
Dans mes rêves il y a des oiseaux sur chaque arbre
Des forêts tropicales le clair de lune
Des bosquets de manguiers des bourgeons
Dans mes rêves les beaux jours durent toujours
L’air est sec son odeur sucrée
Eucalyptus
Dans mes rêves ils sont tous vivants
Et je n’ai pas l’hépatite C
Ni de piqûres sur les bras
Ou de cheveux blancs sous la teinture
Dans mes rêves j’ai encore une vie à vivre
Et je serai bientôt à nouveau jeune
Dans mes rêves je me souviens
De chaque histoire que Dorothy me racontait
Dans mes rêves l’amour est partout
Dans mes rêves je n’abandonne pas ma fille
Dans mes rêves mon père est toujours en vie
Il est fort comme un arbre
Et nous vivons toujours en Californie
904 Benedict Canyon Beverly Hills
Dans mes rêves mon nom est encore Philice
Et Papa possède des sacs en kraft pleins de dollars
Qu’il jette dans le panier de linge sale par erreur
Dans mes rêves il y a une voûte dans la cave
Remplie d’or
Dans mes rêves je suis pendue à la balançoire la tête en bas
Dans mes rêves je m’endors sans produits chimiques
Dans mes rêves je suis bronzée et j’ai des dents de lait
Dans mes rêves j’apprends l’alphabet
Et le mot que je préfère est « poêle à frire »
Dans mes rêves on voit tout ce qui s’est passé
Juste en regardant dans les yeux des gens
Dans mes rêves j’ai encore cinquante-quatre ans
Et j’essaie d’écrire
My America

Informations complémentaires

Poids 0.150 kg
Dimensions 17 × 11 cm